Ahimsa

Ahimsa ou le respect de la vie

Ahisma est un terme d’origine sanskrit dont la signification littérale est « non-violence », et par extension, ce mot peut-être traduit par « respect de la vie ». Le concept occupe une grande valeur dans la culture et la pensée indienne. D’autre part, il est très important dans le Yoga-sûtra de Patañjali dans la mesure où il contribue essentiellement à l’accès à la paix intérieure.

Que dit la pensée indienne sur l’ahisma ?

L’on va décortiquer le mot ahisma pour pouvoir en connaître réellement le sens. Tout d’abord, ce terme est composé de deux mots dont a- et –himsa. Himsa vient du mot « hims » revêtant plusieurs sens appartenant au même champ lexical. Il signifie frapper, tout comme il peut également prendre le sens de « blesser » ou « ôter la vie ». D’autre part, le préfixe -a a un sens privatif. Ainsi est obtenu le sens propre du mot ahimsa qui veut alors dire « éviter de frapper », « éviter de blesser », « éviter de faire du mal » ou encore « éviter de tuer ». Ce sens n’est pas à prendre seulement au sens propre, mais également dans son sens le plus profond. Aussi, le principe ne se résume pas à l’abstinence de faire du mal à une vie par le geste, mais également d’ôter dans son être toute envie, de causer la souffrance ou de nuire à cette vie, d’où l’absence de toute hostilité.

L’ahimsa est un concept déjà présent dans la pensée indienne depuis 1.500 avant J-C. En effet, le principe de non-violence envers tout être sensible et vivant est mentionné dans les textes religieux sacrés hindouistes, ou les Védas. L’ahimsa est entre autres, mentionné dans le Rig, l’Atharva et le Yajur Védas. Dans ces écrits, chacun est invité à ne causer aucun tort à tous les êtres vivants qu’il leur est étranger ou non. L’ahimsa est l’une des bases à respecter pour la réalisation de l’atman.

L’ahimsa et le Yoga sutra

Ceux qui souhaitent évoluer dans le Yogi doivent impérativement respecter l’ahimsa. En effet, il s’agit de la première discipline à maîtriser et à observer pour atteindre l’éveil spirituel véhiculé par le Yoga-sûtra. Développer la non-violence est donc prise dans le sens où chaque être doit procéder à la purification de son mental. A cet effet, il doit reconsidérer sa façon d’agir envers autrui. Pour y parvenir, l’on doit tout d’abord commencer par soi. Autrement dit, chacun doit commencer par prendre soin de sa personne, au travers du Yoga entre autres et en s’adonnant à la méditation. Les principes de base acquis doivent être ensuite mis en pratique au quotidien. Ainsi, la personne applique la théorie de l’ahimsa et son extension de protéger toute forme de vie. Le principe est alors de faire régner la non-violence que ce soit sous forme d’action, de paroles et même de pensée.

Différentes formes de méditation peuvent être adoptées dans le développement de l’ahimsa. La première étape est d’adopter une posture dans laquelle le sujet est dans le confort total. Ensuite, la personne doit se détendre avant de commencer la première étape de la méditation. Cette dernière consiste à la création de la bienveillance pour vous-même en vous souhaitant la paix intérieure et le bonheur. Ensuite, il faut continuer en souhaitant la paix et le bonheur à un proche, puis à une personne neutre et après, à quelqu’un avec qui votre relation est conflictuel. En dernier lieu, imaginez le monde sans violence où le bonheur et la paix intérieure soient rois.

Afin de comprendre parfaitement le concept d’ahimsa, n’hésitez pas à vous rapprochez d’un professeur ayant suivi une bonne formation Yoga ou à suivre un stage Yoga.